In The Media

Ottawa compte acheter 18 Super Hornet

Par Marie Vastel (avec David Perry)

Le Devoir
November 23, 2016

Le gouvernement Trudeau n’a toujours pas de solution au fiasco des F-35 et repousse donc de cinq ans sa décision dans ce dossier. D’ici là, les libéraux comptent acheter 18 avions de chasse Super Hornet à un prix qu’ils refusent de dévoiler.

Le plan de match des libéraux est tombé mardi midi : le gouvernement de Justin Trudeau promet toujours un appel d’offres pour choisir l’appareil qui remplacera sa flotte de CF-18, mais le processus prendra du temps. Entre-temps, Ottawa tentera de négocier avec Boeing l’achat d’une flotte provisoire « à un coût, dans un délai, à un niveau de capacité et à une valeur économique acceptables pour le Canada ».

Coût inconnu

Les ministres dépêchés pour cette annonce n’ont pas voulu chiffrer la facture anticipée. « Nous avons une idée de ce que cela coûtera. Mais nous devons entamer les négociations avec Boeing. […] Lorsque l’on sera convaincus qu’ils peuvent assumer la tâche, à un prix qui soit juste pour les Canadiens, ce prix sera rendu public », a rétorqué la ministre des Services publics et de l’Approvisionnement, Judy Foote.

Le gouvernement et la Défense insistent pour dire qu’il y a urgence d’agir, car l’Aviation royale canadienne peine à assumer à la fois ses obligations envers l’OTAN et celles au Commandement de la défense aérospatiale de l’Amérique du Nord (NORAD). Qui plus est, l’Aviation n’a pas les moyens de faire quoi que ce soit d’autre, a renchéri le chef d’état major de la Défense. « Ce ne sont pas juste les missions déployées. C’est de prévenir, c’est la défense du Canada. C’est la capacité de répondre à un autre incident du même genre que le 11 septembre 2001 », a argué le général Jonathan Vance. Ne se fier qu’à la flotte vieillissante de CF-18 « serait imprudent et irresponsable », a renchéri le ministre de la Défense Harjit Sajjan. La flotte de chasseurs canadiens a plus de 30 ans, et 77 des 138 appareils sont encore en service.

Les libéraux n’ont pas non plus précisé le montant de la facture totale ni le nombre d’appareils qui pourraient être achetés au terme de l’appel d’offres dans cinq ans — soit après la prochaine élection. L’ancien gouvernement conservateur avait prévu 9 milliards pour l’achat de 65 F-35. Un rapport indépendant chiffrait leur coût pour une durée de vie d’une trentaine d’années à 46 milliards.

David Perry, analyste à l’Institut canadien des affaires mondiales, s’explique mal l’échéancier « excessif » du gouvernement. L’appel d’offres pourrait selon lui être bien plus rapide et lancé dès aujourd’hui. « Ce dossier a été étudié jusqu’à plus soif », a-t-il fait valoir au Devoir.

Les libéraux avaient promis en campagne électorale l’achat d’avions « plus abordables ». Le ministre Sajjan a évité de confirmer si ce serait le cas. Mais David Perry souligne que l’achat d’une flotte provisoire sera « plus cher » puisque « vous en faites rouler deux [flottes] à la fois ».

Le Koweït vient d’acheter 40 Super Hornet au prix moyen de 335 millions par appareil. Mais cette commande inclut huit appareils équipés pour une guerre électronique, selon Radio-Canada. Difficile de prédire la facture pour Ottawa, puisque comme pour l’achat d’une voiture, tout dépend de la batterie d’options que choisit l’acheteur, illustre M. Perry.

« Promesse brisée »

Les troupes de Justin Trudeau avaient en outre promis de tenir un appel d’offres et de mettre de côté le F-35. « Quiconque répond aux critères et veut soumissionner sera certainement admissible », a toutefois confirmé la ministre Foote. Exclure Lockheed Martin aurait exposé le fédéral à une poursuite onéreuse.

Les partis d’opposition ont accusé les libéraux de piper les dés en octroyant tout de suite une commande à Boeing. « Cela biaise le processus et cela porte préjudice au futur appel d’offres », a déploré le conservateur James Bezan, puisque le fédéral risque de vouloir éviter d’avoir une flotte de deux types d’appareils qui lui coûterait plus cher à maintenir. « Le gouvernement brise une de ses promesses électorales phares, qui était d’avoir un appel d’offres ouvert », a renchéri Randall Garrison du NPD.

Les libéraux ont argué que le Super Hornet n’est plus en phase de développement, et plaidé l’importance de l’interopérabilité au sein du NORAD.


Be the first to comment

Please check your e-mail for a link to activate your account.
SUBSCRIBE TO OUR NEWSLETTERS
 
SEARCH
PODCAST

Evaluating the 2018 U.S. Midterms with Sarah Goldfeder & Laura Dawson

November 12, 2018

On today's Global Exchange Podcast, CGAI Vice President Colin Robertson sits down with CGAI Fellow Sarah Goldfeder and CGAI Advisory Council Member Laura Dawson to discuss last week's midterm election in the United States. Join Colin, Laura, and Sarah as they debate the implications of the 2018 U.S. midterm on the agenda of Donald Trump, the effect a Democratic House of Representatives will have on Canada, as well as what the election means for bilateral relations moving forward.



EXPERTS IN THE MEDIA

Canada’s defining moment came with a ‘no’ to Brits in 1922

by Scott Taylor (feat. David Bercuson), The Chronicle Herald, November 18, 2018

Building a made-in-Canada solution to harmful online hate

by N/A (feat. Heidi Tworek), CBC Radio, November 16, 2018

Relief is about to roll down the tracks in Canada’s oil crisis

by Robert Tuttle (feat. Kevin Birn), Bloomberg, November 16, 2018


LATEST TWEETS

HEAD OFFICE
Canadian Global Affairs Institute
Suite 1800, 421-7th Avenue SW
Calgary, Alberta, Canada T2P 4K9

 

OTTAWA OFFICE
Canadian Global Affairs Institute
8 York Street, 2nd Floor
Ottawa, Ontario, Canada K1N 5S6

 

Phone: (613) 288-2529
Email: contact@cgai.ca
Web: cgai.ca

 

Making sense of our complex world.
Déchiffrer la complexité de notre monde.

 

© 2002-2018 Canadian Global Affairs Institute
Charitable Registration No. 87982 7913 RR0001

 


Sign in with Facebook | Sign in with Twitter | Sign in with Email