In The Media

Le Canada adresse un avertissement aux Etats-Unis via Boeing

by Michel Comte (feat. Dave Perry)

France 24
December 13, 2017

OTTAWA (AFP) - 

Le gouvernement libéral canadien du Premier ministre Justin Trudeau, en supprimant un contrat à Boeing, a signifié mardi aux Américains que l'amitié indéfectible avait parfois ses limites face aux rebuffades répétées de l'administration du président Donald Trump.

Un peu plus d'un an après avoir promis l'achat de 18 Super Hornet de Boeing pour plus de 5 milliards de dollars, le Canada a fait volte-face mardi.

"Nous n'avons pas l'intention de donner suite à l'offre du gouvernement américain pour des Super Hornet", a déclaré la ministre des Services publics, Carla Qualtrough, en annonçant à la place l'achat de 18 F18 australiens d'occasion.

La multiplication des conflits commerciaux avec les Etats-Unis, sous la baguette protectionniste de Donald Trump, explique ce revirement canadien.

Outre la renégociation de l'Accord de libre-échange nord-américain (Aléna), l'imposition de droits antidumping sur le bois canadien par les Etats-Unis, la menace de Donald Trump d'en faire de même sur les produits laitiers, c'est l'offensive de Boeing contre son concurrent canadien Bombardier qui a irrité au plus haut point le gouvernement Trudeau.

Boeing a obtenu cet été de l'administration Trump l'imposition de taxes de 300% pour tout avion civil CSeries du constructeur canadien Bombardier vendu aux Etats-Unis, des appareils de 100 à 160 places concurrents des Boeing 737.

Justin Trudeau a donc mis sa menace à exécution. "Si Boeing continue d'insister à vouloir éliminer des dizaines de milliers d'emplois au Canada en s'attaquant à Bombardier, il ne devrait pas s'attendre de notre part, comme gouvernement, à ce que nous lui achetions des avions", avait-il mis en garde en septembre.

La menace va même plus loin pour Boeing et ses Super Hornet dans le cadre de l'appel d'offres que le gouvernement lancera en 2019 pour l'achat de 88 avions de combat à livrer dès 2025.

- 'Tort économique' -

Une clause particulière spécifiera, dans l'appel d'offres, que l'industriel retenu ne devra pas causer de "tort économique" au Canada, a averti Carla Qualtrough.

Le ministre du Développement économique, Navdeep Bains, a été très clair à l'adresse de Boeing, mais aussi de tout constructeur comme par exemple l'américain Lockheed Martin avec son chasseur F35: "s'il y a un préjudice économique au Canada, s'il y a un impact sur les emplois canadiens, s'il y a un impact sur certains secteurs clés de l'économie canadienne, vous serez nettement désavantagé".

Peu d'experts se risquent à envisager, à terme, un autre avion de combat que le F35 ou le Super Hornet, principalement en raison de l'interopérabilité des forces aériennes canadiennes et américaines, à la fois dans des opérations de l'Otan ou plus simplement au niveau de la coopération du Commandement de la défense aérospatiale de l'Amérique du nord (NORAD).

L'achat de vieux F18 australiens n'est donc pas simplement un mouvement d'humeur, c'est aussi le bon sens, a estimé Dave Perry, analyste de l'Institut canadien des affaires mondiales.

"Je ne pense pas que l'achat d'avions de combat d'occasion australiens a autant de sens que de précipiter l'achat de nouveaux avions neufs, mais cela a plus de sens que d'acheter des avions neufs pour un usage temporaire" en attendant l'appel d'offres, a-t-il dit.

Au Congrès américain, "les faucons (républicains) sont très contrariés par le Canada", depuis l'annulation de l'achat des F35 par Justin Trudeau dès son arrivée au pouvoir fin 2015, a souligné Richard Shimooka, associé de l'institut de réflexion MacDonald-Laurier.

"Mais ce n'est pas vraiment un problème sur le radar de l'administration" américaine car elle sait que "le Canada achètera finalement soit des Super Hornet soit des F35", a-t-il assuré.


Be the first to comment

Please check your e-mail for a link to activate your account.
Support Canadian Global Affairs Institute Subscribe
 

SEARCH


 

EVENTS

 

IN THE MEDIA


Facebook announces facial recognition for Canadian users - but here's what to consider first
by Maham Abedi (feat. Tom Keenan), Global News, April 18, 2018

Maxime Bernier and the lessons of political loyalty
by Paul Wells (feat. Jocelyn Coulon), Maclean's, April 18, 2018

Why is Canada angering the Russian bear?
by Konrad Yakabuski (feat. Jocelyn Coulon), The Globe & Mail, April 18, 2018

 

LATEST TWEETS


Support | Submit | Media Inquiries
Making sense of our complex world. | Déchiffrer la complexité de notre monde.
 
HEAD OFFICE
Canadian Global Affairs Institute

Suite 1800, 421-7th Avenue SW
Calgary, Alberta, Canada  T2P 4K9
 
OTTAWA OFFICE
Canadian Global Affairs Institute

8 York Street, 2nd Floor
Ottawa, Ontario, Canada  K1N 5S6

Phone: (613) 288-2529 
Email: contact@cgai.ca 
Web: cgai.ca
 
2002-2018 Canadian Global Affairs Institute

Charitable Registration No.  87982 7913 RR0001