La farce continue, mais elle n’est plus drôle

La_farce_Montages.jpg

OP-ED

by Ferry de Kerckhove

La Presse
December 19, 2017

L’annonce du candidat Trudeau pendant la campagne électorale de 2015 voulant que sous son règne le Canada n’achèterait pas le F-35 pour remplacer les F-18, quelles qu’en soient les raisons, pourrait hanter sa politique de défense annoncée à grande fanfare. L’affaire Boeing ne fait qu’ajouter une pièce à l’incohérence du processus décisionnel du gouvernement en la matière.

Récapitulons : 

1. Si le gouvernement Harper n’avait pas joué avec le feu en déclarant sans appel d’offres que le Canada achèterait le F-35 de Lockheed Martin, il n’y aurait pas eu d’affaire avion de chasse et nous recevrions peut-être nos premiers F-35 à l’instar d’une dizaine de pays. 

2. Alors que nos avions faisaient du très bon travail dans leurs champs d’opération, en Syrie et dans le ciel est-européen en escomptant qu’ils pourraient tenir le coup, fût-ce à des coûts d’entretien élevés, jusque vers 2025, on espérait qu’entre-temps un vrai processus de sélection de nouveaux chasseurs s’enclencherait dans les formes. 

3. Coup de théâtre, notre très astucieux ministre de la Défense découvre un « écart de capacité » dans nos forces aériennes. Pour éviter « l’horrible perspective » de devoir peut-être accélérer le processus d’appel d’offres et d’y inclure le F-35 et, plus important, de devoir annoncer des engagements financiers majeurs trop rapidement avant la prochaine élection – le budget de défense est autant un albatros pour ce gouvernement que pour bien d’autres – il annonce l’achat de 18 Super Hornet de Boeing au coût présumé, mais faramineux, de 9 milliards pour combler le fameux écart. 

4. Les roucoulades avec Boeing en prennent un coup quand Boeing, profitant de l’esprit protectionniste insufflé par Trump dans l’administration, intente une attaque directe contre Bombardier auprès du ministère du Commerce américain, accusant notre « fleuron » de pratiquer du dumping via des subventions fédérales et provinciales. Bombardier se trouve face à la menace de 219 % de droits à payer pour ses ventes d’avions de la Série C à Delta Airlines. 

5. Tandis que notre Série C devient pratiquement une filiale de Airbus, le gouvernement Trudeau se tourne vers les vieux F-18 que le gouvernement australien est aussi heureux de nous vendre que les Britanniques étaient enchantés de se débarrasser chez nous de leurs vieux sous-marins… D’ailleurs, ces F-18 australiens sont non seulement presque aussi vieux que les nôtres – une enquête officielle australienne de 2012 dénonçait déjà leur usure rapide – , mais les Australiens étant beaucoup plus professionnels que nous sur les questions de sécurité et de défense et conscients de ce vieillissement trop rapide par rapport à leurs besoins, ont acheté la version plus moderne du F-18, le Super Hornet, en attendant la livraison des F-35 commandés depuis belle lurette. Cela s’appelle la différence entre des professionnels et des amateurs même après le beau duo Freeland-Sajjan sur notre nouvelle politique de défense.

Où cela nous mène-t-il ? 

L’achat des F-18 australiens est la moins sotte des idées formulées jusqu’à maintenant, mais elle repose quand même sur la fiction de l’écart de capacité. La dispute avec Boeing devrait avoir convaincu le gouvernement de ne pas mélanger les torchons et les serviettes. Mais plus important encore, le gouvernement ne peut pas se permettre de nous faire croire que son projet australien est une économie, pas plus que l’étude à plus long terme du meilleur appareil à acheter pour, ultimement, remplacer nos F-18 canadiens ou australiens doit prendre cinq ans alors que nous possédons déjà les trois quarts des données requises accumulées par le gouvernement précédent. Cette fiction n’est pas technique, elle est strictement électorale. C’est d’ailleurs ce qui fait douter des promesses faites par les représentants du ministère canadien de la Défense selon qui le financement de notre nouvelle politique de défense est « assuré » (fully funded).

Évidemment, le clou de toute l’affaire, c’est l’audacieuse – pour ne pas dire outrecuidante – proposition de Lockheed Martin de fournir au Canada 18 F-35 sur une base intérimaire pour combler l’écart auquel personne ne croit. 

Mais en bon marchand de sable, Lockheed Martin joue le jeu et les offre à des conditions plus favorables que les Super Hornet de Boeing… (il faut dire qu’à 9 milliards pour 18, avec un bon boulier compteur, on peut arriver facilement à un prix moindre). Mais pour le gouvernement Trudeau, est-ce que cela ressemble trop au loup dans la bergerie ?

Dans tout cela, en dépit d’un effort très louable avec la nouvelle politique de défense qui est crédible, on reste avec cette impression désagréable qu’en dépit de jolis mots, l’intention sous-jacente est d’en faire le moins possible et de reporter la commande après les prochaines élections. L’Australie a un bon œil. Le Canada fait dans le trompe-l’œil… jusqu’à ce que les F-35, des années après tous nos alliés, sillonneront notre espace aérien.

Image credit: NA

Be the first to comment

Please check your e-mail for a link to activate your account.
SUBSCRIBE TO OUR NEWSLETTERS
 
SEARCH
PODCAST

The Royal Canadian Navy in the Indo-Pacific: A Discussion with Matthew Fisher

June 18, 2018



On today's Global Exchange Podcast, we turn our eyes to the Indo-Pacific, as we assess Canada's naval presence in the region, and the recent deployment of MV Asterix to take part in various multilateral exercises with Canada's Pacific allies. Join our host, Dave Perry, in conversation with CGAI Fellow Matthew Fisher, as they discuss Canada's naval presence around the Indo-Pacific, Chinese military build-up throughout the East and South China Seas, the successes of MV Asterix's recent deployment in the Pacific, and a future for the Canadian Navy in an increasingly militarized Pacific environment.


IN THE MEDIA

Security firm named in lawsuit against Ottawa once accused of recruiting ex-child soldiers

by Murray Brewster (feat. Dave Perry), CBC News, June 21, 2018

Rare foreign investment in the oilsands as Nexen proceeds with $400M expansion

by Geoffrey Morgan (feat. Kevin Birn), Financial Post, June 20, 2018

Ottawa’s efforts to restore relations with Tehran going ‘nowhere,’ says academic

by Beatrice Paez (feat. Thomas Juneau), The Hill Times, June 20, 2018


LATEST TWEETS

HEAD OFFICE
Canadian Global Affairs Institute
Suite 1800, 421-7th Avenue SW
Calgary, Alberta, Canada T2P 4K9

 

OTTAWA OFFICE
Canadian Global Affairs Institute
8 York Street, 2nd Floor
Ottawa, Ontario, Canada K1N 5S6

 

Phone: (613) 288-2529
Email: contact@cgai.ca
Web: cgai.ca

 

Making sense of our complex world.
Déchiffrer la complexité de notre monde.

 

© 2002-2018 Canadian Global Affairs Institute
Charitable Registration No. 87982 7913 RR0001

 


Sign in with Facebook | Sign in with Twitter | Sign in with Email