In The Media

Efficaces et suffisantes, les frappes contre l'EI?

by Jean-Thomas Léveillé (feat. David Perry)

La Presse
November 21, 2015

De la formation plutôt que des bombardements. C'est ainsi que le Canada entend lutter contre le terrorisme au Moyen-Orient. La stratégie sera-t-elle plus efficace pour éradiquer le groupe armé État islamique? La Presse a posé la question à trois experts.

Les frappes aériennes sont-elles efficaces pour lutter contre le groupe armé État islamique (EI)?

«Si quelqu'un s'attend à ce que les frappes aériennes éliminent un ennemi comme l'État islamique, la réponse est un non retentissant. Or, ce n'est pas ça l'idée, c'est une mauvaise perception qu'on entend souvent. Les frappes aériennes ont pour objectif déclaré, par les États-Unis et les membres de la coalition, d'arrêter l'expansion de l'EI et de l'affaiblir au moins un peu. À ce titre, les frappes aériennes sont efficaces.»

- Thomas Juneau, professeur à l'Université d'Ottawa et ancien analyste du ministère canadien de la Défense

«Les frappes aériennes de l'ensemble de la coalition ont stoppé l'avancée de l'EI, ce qui a permis aux forces présentes sur le terrain de reprendre du territoire. Au cours des dernières semaines, les forces kurdes appuyées par les frappes aériennes, dont des frappes canadiennes, ont pu reprendre la ville de Sinjar [à l'ouest de Mossoul, près de la frontière syrienne].»

- David Perry, analyste à l'Institut canadien des affaires mondiales

«Les frappes aériennes ne sont que la première phase de l'action militaire visant à affaiblir un adversaire déterminé avant de le neutraliser ultérieurement par d'autres moyens, terrestres en particulier. Elles ne sont que le début d'une solution, pas la solution complète face au problème. Dans le cas de l'EI, les phases suivantes de l'action militaire devront être menées par les forces terrestres de la région qui, in fine, doivent reprendre le contrôle de "leur" terrain.»

- Gilles Rouby, général français à la retraite

Quelle est l'efficacité de l'entraînement de militaires étrangers?

«L'efficacité de cet entraînement est maximum puisqu'il porte sur les trois niveaux fondamentaux nécessaires pour obtenir ce qu'on appelle en jargon militaire «une interopérabilité des armées»: l'établissement de doctrines d'emploi des forces communes; l'établissement de procédures opérationnelles communes et l'emploi d'un langage commun; une organisation des forces et des états-majors très proches qui permet à un officier du Canada d'être à l'aise dans un état-major français et inversement, par exemple.»

- Gilles Rouby

«On a besoin des deux, [la formation et les frappes aériennes]. C'est ce qui a été fait avec les troupes kurdes et il semble que ça ait fonctionné, puisqu'elles ont repris la ville de Sinjar. Quand vous regardez sur une carte le territoire qui a été repris à l'EI, c'est principalement dans les régions du nord, où les Kurdes [qui ont été entraînés par les Occidentaux] sont déployés. Plus au sud, avec les troupes ordinaires irakiennes, il semble que ça se fasse toujours attendre. Les Américains ont annoncé l'été dernier que des formations seraient bientôt organisées.»

- David Perry

«C'est efficace, mais avec certaines limites. Des troupes occidentales seraient supérieures en termes de capacité, d'organisation, d'équipement, [...] mais ça ferait exploser l'Irak et la Syrie: on ne pourrait pas donner un meilleur outil de recrutement à l'EI. Cela dit, les troupes locales sont extrêmement problématiques. Ça fait 14 ans que les États-Unis soutiennent des troupes locales en Afghanistan avec peu de succès. [...] Donc, la formation n'est pas une solution parfaite, mais c'est la moins pire des solutions.»

- Thomas Juneau

Quel serait le moyen le plus efficace de vaincre l'EI?

«On a besoin de troupes au sol, absolument. La question qui reste, c'est de déterminer lesquelles seront les plus efficaces à long terme. Et je pense que ce sont les troupes locales, assistées par des gens comme les Canadiens, qui le seront. [...] Quand les forces occidentales ont quitté l'Irak en 2010, les forces locales n'ont pas réussi à assurer elles-mêmes la sécurité. Si on fait ça encore, envoyer des forces occidentales, battre l'EI, puis s'en aller, sans s'assurer de bien outiller les forces locales, la même situation va se reproduire.»

- David Perry

«La seule façon de vaincre l'EI, c'est par une solution politique en Irak et en Syrie, c'est-à-dire une réconciliation nationale, du développement économique et de la stabilité politique en Irak et la paix en Syrie. Le problème, c'est que ces choses-là n'arriveront pas avant plusieurs années encore. Alors, on est pris dans une situation contradictoire où on a besoin des frappes aériennes pour arrêter l'EI, mais on n'est pas capables de faire plus. Et si on arrête les frappes aériennes, l'EI va recommencer à prendre de l'expansion.»

- Thomas Juneau

«La lutte contre l'EI réclame un plan d'ensemble multinational à plusieurs niveaux puisque l'EI exerce une menace multinationale. Il faut donc faire effort sur le renseignement, les transports, les contrôles et sur l'opération militaire. Pour cette dernière, il faut d'abord fédérer les nations qui considèrent l'EI comme une menace, ce qui n'est pas simple puisque l'opposition sunnites/chiites est au coeur du problème et dépasse largement les frontières de la Syrie et de l'Irak. [...] Nous en sommes encore un peu loin, mais des progrès sont visibles depuis quelques jours entre Russes et Français et sans doute, à terme, avec les Américains.»


Be the first to comment

Please check your e-mail for a link to activate your account.
Donate to Canadian Global Affairs Institute Subscribe
 

SEARCH


 

EVENTS

Canada's State of Trade: At Home and Beyond
February 13, 2018
8:30 AM – 6:00 PM EST

2018 Speaker Dinner: Canada - U.S. Relations in the Age of Trump featuring Conrad Black
March 6, 2018
6:00 PM – 9:00 PM MST

 

IN THE MEDIA


NAFTA ministers attending longer round
by Alexander Panetta (feat. Eric Miller), The Canadian Press, January 19, 2018

NAFTA talks to proceed even if U.S. government shuts down: report
by Kelsey Johnson (feat. Sarah Goldfeder), iPolitics, January 19, 2018

VIDEO: Analysis: ISIS fighters returning to Quebec
with Paul Karwatsky (feat. Kyle Matthews), CTV News, January 18, 2018

Former commanders urging authorities to charge or exonerate Vice-Admiral Norman
by Robert Fife & Steven Chase (feat. Dave Perry), The Globe and Mail, January 18, 2018

Two steps forward in Canada's pipeline dance
by Chris Varcoe (feat. Dennis McConaghy), Calgary Herald, January 18, 2018

‘Propaganda’: Russia condemns Canada’s North Korea summit
by Bruce Campion-Smith (feat. Marius Grinius), Toronto Star, January 18, 2018

Alberta’s Notley government signs on as Keystone XL customer
by Tom Vernon (feat. Dennis McConaghy), Global News, January 18, 2018

 

LATEST TWEETS


Donate | Submit | Media Inquiries
Making sense of our complex world. | Déchiffrer la complexité de notre monde.
 
HEAD OFFICE
Canadian Global Affairs Institute

Suite 1800, 421-7th Avenue SW
Calgary, Alberta, Canada  T2P 4K9
 
OTTAWA OFFICE
Canadian Global Affairs Institute

8 York Street, 2nd Floor
Ottawa, Ontario, Canada  K1N 5S6

Phone: (613) 288-2529 
Email: contact@cgai.ca 
Web: cgai.ca
 
2002-2018 Canadian Global Affairs Institute

Charitable Registration No.  87982 7913 RR0001